MAYA EYMERI



Danseuse contemporaine, formée entre la France et l'Espagne, je décroche mon premier contrat
à Barcelone en 2008 avec la compagnie Sol Picó.
Je rejoins ensuite la compagnie EnÁmbar et un projet de danse et de musique improvisées, porté par Paolo Cingolani. 

Je travaille ensuite en France et à l’étranger avec diverses compagnies dont la cie.Atou, la cie.Frichti concept,
la cie.Yanada, la cie.Choeur Alfa, la cie.Tonia Schilling, la cie.Ifunamboli et la cie.L'infini Turbulent.

En 2009 je co-fonde le collectif Bellule avec les danseuses Julie Loyot et Noémie Lambert.
À la fois chorégraphes et interprètes, nous créons les spectacles;
Quatuor pour 3 femmes, une pièce sur la féminité,
La cuisine de Simone, une pièce courte et surréaliste sur l'enfance de deux soeurs
et Áyatana, un spectacle sensoriel avec un public en aveugle,
...présentés lors de divers festivals.

À Marseille, en 2010, je co-créé le projet pluridisciplinaire Attends moi!
Nous proposons des performances participatives dans des lieux publiques
avec pour media la danse, la musique, les arts plastiques et la photographie.
Des endroits tels que la sécurité sociale, la gare et la laverie sont choisis pour venir questionner la notion d’attente.
Invitant par là même les gens présents dans les lieux à prendre part à une forme artistique née de l'ennuie.

De la rencontre avec le musicien de circuit-bending Jankenppop,
s'ensuit un duo déjanté à la croisée des genres, La Rumba du Zèbre.
Grâce à cette méthode, nous concevons des costumes interactifs, des objets lumineux et sonores à manipuler.

Parallèlement je poursuis des collaborations avec différents artistes et structures dont la compagnie
Sisyphe Heureux, le groupe de musique Redrocks, la radio France culture, des photographes ainsi que des réalisateurs.

En 2013 le duo Double Jeu prend vie avec le guitariste Antonin Vanneyre.
Une pièce courte sur une relation complice entre un homme, une femme et une guitare.

En 2014 je m'engage dans la re-création du solo Voyage Mémoire que me transmet
la chorégraphe et compositrice Catherine May Atlani.
Issues de la même famille, nous nous inscrivons dans une lignée de danseuses sur trois générations.
Ma grand-mère danse pour Irène Popard avant la 2nde guerre mondiale puis ne redansera jamais
et Catherine monte sa compagnie en 1967, Les Ballets de la Cité.
Il y a 40 ans, elle crée et joue ce solo pour parler de la guerre, pour tenter d’en transcender le souvenir par le geste.

Entre 2015 et 2016 j'approfondis ma réflexion autour du féminisme, des relations humaines,
de mon lien à la nature et à la spiritualité et je monte les solos Terre et En quête de sens.

En 2019 je commence à enseigner la danse contemporaine à l'école de cirque Jules Verne
d'Amiens et j'obtiens mon diplôme de professeur de yoga hatha vinyasa.

La même année je rejoins le projet Humanoïde initié par le groupe The Mentalists.
Un spectacle structuré autour de l'improvisation, à mi-chemin entre le concert et la pièce de danse.

Depuis 2020 je travaille avec la compagnie Tetrapode sur sa nouvelle création, Le Chant du Styrène.
Fu-le, chorégraphe de la compagnie et réalisateur, me fait aussi tourner dans plusieurs vidéos-danse.

Installée hors de la ville depuis deux ans, j'organise des stages de danse contemporaine en pleine nature
et je continue de m'investir dans des projets éclectiques en danse, en performance et en vidéo.